lundi 30 avril 2012

Interviews de M. Hollywood avec les acteurs de Hunger Games

M. Hollywood a publié de nouvelles vidéos d'interviews réalisées avec Lenny Kravitz et Elizabeth Banks, ainsi qu'avec Jennifer Lawrence. 



C’est un plaisir de vous revoir tous les deux une nouvelle fois. Hunger Games représentait-il le rôle dont vous rêviez, faire partie de cette grande aventure ? Qu’en avez-vous pensé pendant le tournage ?
EB : Pendant le tournage, nous étions comme une petite famille faisant un film. On se sentait très isolés.
LK : On savait qu’il y avait des attentes ; les livres sont tellement populaires, les fans sont passionnés… Mais je pense que tout a commencé avec Gary, en ce qui concerne le tournage. Tout était organisé, tout s’est passé en douceur. Il y avait une très bonne ambiance. Heureusement, tous les acteurs se sont très bien entendus. On a passé un très bon moment. On passait du temps ensemble le soir après le tournage. Comme elle l’a dit, nous étions comme des amis et une famille créatifs.

Est-ce que c’est ce qui attend le nouveau Lenny Kravitz ? Après la rockstar, ce sera la star hollywoodienne ?
LK : Vous savez, j’en profite. Je suis nouveau et j’ai eu le plaisir de faire deux super projets à la suite. J’ai hâte d’en faire plus.

Et pourquoi pas un film français ?
LK : Ce serait super.

Vous sauriez parler français dans un film ?
LK : Je dois m’entraîner.

[À Elizabeth] Et vous, pourriez-vous parler français pour un film ?
EB : Non.
LK : Elle peut tout faire. Ne la croyez pas. Elle peut tout faire.
EB : Il faudrait que je prenne beaucoup de cours.

Qu’en est-il de la musique ? Combien de chansons avez-vous écrites pour le film ?
LK : Non non, je suis venu en tant qu’acteur.

Vous avez dit que vous n’écririez pas du tout ou vous avez essayé ?
LK : Non, c’est juste comme ça. C’est tentant, n’est-ce pas ?

Oui !
EB : Il avait une tournée mondiale à préparer. Qu’est-ce que vous voulez qu’il fasse de plus ?
LK : Ah oui, j’oubliais. Je répétais pour ma tournée et je faisais le film en même temps.
EB : En même temps.
LK : Ce qui était… Quelque chose que je ne referai pas.
EB : Du coup on a pu traîner avec tout son groupe. 



Avez-vous ramené quelque chose du tournage ? Est-ce que vous avez volé un souvenir ?
EB : Je n’ai rien volé…
LK : Tu aurais pu prendre les perruques.
EB : J’aurais aimé ! Quelqu’un se fera beaucoup d’argent avec ces perruques un jour et ce ne sera pas moi. J’ai demandé de récupérer une paire de chaussures… On verra.

Sympa. Et toi, Lenny ?
LK : Rien. J’ai respecté la garde-robe, on doit respecter. Ce sont leurs affaires.

Est-ce que vous pensez que les jeunes vous arrêteront dans la rue juste pour Hunger Games maintenant ?
EB : Espérons que je sois tellement méconnaissable que je puisse toujours aller au centre commercial. Mais si ça devait se faire, je l’accepterai, ce serait adorable. J’espère que les gens l’aimeront tellement qu’ils auront envie de le dire.
LK : Les gens viennent déjà à des concerts en ayant écrit Cinna sur des affiches et en m’appelant Cinna après le concert, vous savez, les fans dans la rue… Mais c’est super, ça montre à quel point ils sont passionnés pour ce film et je pense qu’ils seront agréablement surpris.

Merci, c’était un plaisir.
LK : Avec plaisir.

Quel était ton premier jour de tournage ? Est-ce que tu te rappelles de la première chose que vous avez tournée ?
Oh là. Oh oui. Quelque chose dans le District 12, mais je ne me rappelle plus quelle scène exactement. Je ne faisais que courir dans le District.

Est-ce que ça t’a pris du temps pour te mettre dans la peau du personnage ou ce fut facile parce que tu as lu les livres ?
C’était assez facile vu que j’avais lu le scénario et les livres.

Qu’est-ce qui était le plus dur ?
La chaleur [Rire]. Quand on tournait à Asheville dans la forêt, elle n’arrête pas de courir et elle n’enlève jamais sa veste. Elle ne marche jamais. Avec la chaleur, ça faisait beaucoup.

Es-tu intimidée de voir certains des acteurs avec lesquels tu travailles ? Pourrais-tu me donner un exemple ?
Oui. Il y a Donald Sutherland. Récemment, j’ai tourné un film avec Robert De Niro. J’étais tellement intimidée que je l’ai complètement ignoré. Je me suis dit que je n’allais pas crier, je la jouerais complètement cool. Mais j’ai fait tout le contraire. Je suis passée juste devant lui et je l’ai ignoré. Plus tard, on a parlé et je crois que ça l’a rassuré parce que soit il a cru que j’étais une conne, soit que je ne savais pas du tout qui il était. À chaque fois que je le voyais, je l’évitais.

Monsieur Hollywood organise également un concours vous permettant de gagner des goodies du film ; rendez-vous ici pour en savoir plus ;)

2 commentaires: